Psychiatrie Neurofonctionnelle

Présentation


L’objectif général de l’équipe est d’étudier les bases neurofonctionnelles de deux troubles psychiatriques majeurs : l’Autisme et la Dépression. Ces pathologies ont un énorme poids sur la société. Avec près de 67 millions d’individus touchés dans le monde, le Trouble du Spectre de l’Autisme (TSA) est le trouble neurodéveloppemental 
progressant le plus rapidement (Nations Unies, 2011) avec une prévalence 
estimée à 1%. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, la dépression majeure (MD) est déjà la deuxième cause d’incapacité liée à une maladie (Ferrari et al. 2013), avec une prévalence de 12 à 20% au cours de la vie, affectant des individus de tout âge et classe socio-économique.
Le but de l’équipe est d’identifier les circuits neuronaux pertinents et les mécanismes neurophysiologiques clés sous-tendant ces deux troubles et/ou prédisant la non-réponse aux thérapies existantes, grâce à une stratégie basée sur des hypothèses précises et sur une combinaison de méthodes de neurosciences cognitives. Cette approche permettra de développer de nouveaux marqueurs afin de décrire des groupes de patients homogènes et de personnaliser des stratégies de traitement. Bien que les classifications internationales actuelles de sous-groupes de patients (CIM-10, DSM-5) ne prennent pas encore en compte les différences neurofonctionnelles ou biologiques, l’équipe va utiliser une approche translationnelle et interdisciplinaire pour caractériser les différences dimensionnelles du fonctionnement cérébral. En se basant sur de multiples méthodes, des mesures en contexte écologique et l’étude des trajectoires développementales, le groupe Autisme utilise des méthodes innovantes et combinatoires pour analyser les signaux neurophysiologiques et identifier des signatures biocliniques du TSA. Le groupe Dépression utilise une stratégie translationnelle afin de : a) identifier des marqueurs spécifiques prédisant la réponse ou l’absence de réponse aux antidépresseurs, b) mettre en place des thérapies innovantes, et c) étudier les mécanismes neurophysiologiques sous-jacents.

L’ensemble de l’équipe utilise des méthodes développées par les autres équipes de l’unité de recherche (TEP, spectroscopie par résonance magnétique MRS, génétique, métabolique, ultrasons) afin d’identifier les réseaux neuronaux clés et les futures cibles moléculaires pour des thérapies biologiques innovantes.

Thématiques de recherches

 

Autisme 


Le groupe Autisme de l’unité de recherche Imagerie et Cerveau (iBrain, UMR 1253, Université de Tours, Inserm) dispose d’une position privilégiée au sein du Centre Universitaire de Pédopsychiatrie, plaçant ainsi la recherche au cœur de la clinique. Ce groupe de recherche, dirigé par le Pr Frédérique Bonnet-Brilhault, s’intéresse à l’Autisme au sein des Troubles du NeuroDéveloppement (TND). Son hypothèse est que les particularités du fonctionnement et du comportement observées dans l’autisme résultent d’un traitement atypique des informations sensori-motrices dans les étapes précoces du développement de l’individu, en lien avec un développement atypique des réseaux neuronaux. Ces atypicités de fonctionnement et les mécanismes de compensation mis en place aboutissent à des profils psycho- physiologiques variés correspondant aux différentes formes cliniques observées au sein du Trouble du Spectre de l’Autisme (TSA).  

Dépression 


 L'équipe regroupe des biologistes et des médecins. Ils étudient chez l’Homme et l’animal les raisons pour lesquelles certains sujets répondent bien aux traitements antidépresseurs, alors que d'autres individus ne répondent que partiellement ou sont résistants à ces traitements. Ils cherchent à identifier les caractéristiques individuelles associées à ces différents profils de réponse, en particulier par l'étude des troubles cognitifs, émotionnels et sensoriels (notamment olfactifs), présents chez les sujets affectés.