Actualité

Dr. Simon & Dr. Remeniéras - Lauréats de la Fondation Planiol

  • Recherche,
  • Santé-Sciences-Technologie,
  • Santé-social,
Date(s)

le 21 décembre 2018

CartoFœtus est un projet collaboratif entre notre laboratoire, le Service de Gynécologie et d'obstétrique du CHRU Dijon Bourgogne, le CIC-IT de Tours, et le Service de Gynécologie et d'obstétrique du CHRU de Tours

Projet CartoFœtus

Cartographie de la vascularisation cérébrale du fœtus par Doppler ultrasensible par onde plane dans le retard de croissance intra-utérin

Le projet CartoFœtus issu d’une collaboration entre le laboratoire U1253 iBrain (Dr. J.P. Remeniéras), le CHRU Dijon-Bourgogne, Service de Gynécologie/obstétrique (Dr. E. Simon), le CIC-IT de Tours (Prof. F. Patat) et le CHRU de Tours, Service de Gynécologie/obstétrique (Prof. C. Megier) du CHRU vient d’être financé par l’appel à propositions 2018 de la Fondation Thérèse et René Planiol pour l’étude du cerveau.

Résumé

La prise en charge des femmes enceintes présentant un retard de croissance intra-utérin (RCIU) est délicate car la petite taille du fœtus n’est pas nécessairement liée à une maladie du placenta, et peut parfois correspondre à une situation normale. Lorsqu’il existe un défaut d’oxygénation de l’enfant par le placenta, les flux sanguins cérébraux vont se modifier (les vaisseaux se dilatent et l’apport sanguin est plus important) de façon à protéger le cerveau et à limiter les conséquences du manque d’oxygène. Cette redistribution vasculaire est observable actuellement par échographie Doppler et en routine clinique, on identifie principalement l’origine de l’artère sylvienne au niveau du plan du polygone de Willis sur l’artère cérébrale moyenne du cerveau fœtal. Lorsqu’on identifie des changements dans l’écoulement sanguin du cerveau, cela confirme l’hypothèse d’une pathologie placentaire en excluant la possibilité d’une situation normale, et cela justifie l’hospitalisation de la patiente et un renforcement de la surveillance. Dans certains cas, la naissance prématurée de l’enfant est nécessaire.

Des progrès technologiques récents en imagerie ultrasonore ultrarapide ont permis la mise au point d’un Doppler ultrasensible de flux. Cette méthode d’imagerie utilise une émission de plusieurs ondes planes qui insonifient simultanément la région d’intérêt à analyser. La sensibilité est augmentée car pour un temps d’acquisition donné et pour chaque pixel de l’image, plus de points contribuent à la reconstruction temporelle du signal Doppler. Ce gain en sensibilité est renforcé par la mise en œuvre de méthode de filtrage ou la séparation des sous espaces tissu/sang est réalisée sur un critère de cohérence spatiale et non plus sur un simple critère de bande de fréquence Doppler. Ce filtrage est rendu performant grâce au fait que des zones éloignées de l’image sont acquises simultanément, en gardant leur cohérence spatio-temporelle grâce à l’imagerie par ondes planes. Dans ce projet, nous souhaitons appliquer les méthodes récentes de Doppler sensible à la caractérisation de la vascularisation parenchymateuse profonde et corticale du cerveau fœtal in utéro. Un exemple d’imagerie de flux en Doppler de puissance AngioPlus réalisé le 17 décembre dernier au CHU de Dijon sur un fœtus de 32 semaines est présenté Figure 1. Les vaisseaux cérébraux qui apparaissent ici ne sont pas observables en Doppler conventionnel. Le Doppler sensible devrait permettre d’identifier et d’analyser les ramifications vasculaires cérébrales à un niveau de subdivision artériolaire et veineuse inaccessible avec les outils actuels. Nous proposons de calculer le rapport cérébro-placentaire (rapport de l’index IR ou IP en tout point des zones de flux dans le cerveau rapporté à celui de l’artère ombilicale) qui représente un paramètre pronostique important dans les situations de RCIU.

Les questions auxquelles cette étude pourra répondre sont les suivantes :

  • L’analyse de la micro-vascularisation cérébrale permet-elle de détecter plus précocement le phénomène de redistribution vasculaire et ainsi modifier la prise en charge des femmes affectées?
  • Comment se comportent les différentes régions du cerveau lorsque survient un défaut d’oxygénation ?
  • La vascularisation de régions cérébrales jusqu’alors inaccessibles apporte-t-elle une information supplémentaire sur le pronostic de ces enfants ?

Cette analyse vasculaire permet-elle de mieux distinguer les situations pathologiques en rapport avec une véritable dysfonction placentaire et les situations normales, et ainsi diminuer les interventions médicales injustifiées.

PhotoPhoto

Figure 1 : Artères cérébrales d’un fœtus d’une femme enceinte à 32 semaines d'aménorrhée, ce qui semble être un bon compromis entre la taille des structures à analyser d'une part, et l'accessibilité du cerveau par la fontanelle d'autre part.

#Tours #iBrain #UMR1253 #Foetus #Cerveau #VascularisationCérébrale #PolygonedeWillis #Ultrasons

Contact :
Dr. Jean-Pierre Remeniéras :