Actualité

La neuroscience des émotions

  • Santé-Sciences-Technologie,
Date(s)

du 11 avril 2018 au 30 avril 2018

Longtemps perçues comme une entrave à la raison, les émotions sont en réalité indispensables à son bon fonctionnement.

La science des émotions

Longtemps perçues comme une entrave à la raison, les émotions sont en réalité indispensables à son bon fonctionnement. En leur absence, nos choix deviennent irrationnels. Elles influent sur notre attention, notre mémoire et nos décisions. Mais comment, et à quel point ? Quels sont les mécanismes cérébraux sous-jacents ? La neuroscience des émotions n'en est qu'à ses balbutiements, mais apporte déjà un éclairage nouveau sur ces questions. En témoigne la mise au point récente de traitements efficaces contre certains troubles émotionnels, comme l'état de stress post-traumatique. Lire la suite...


"Les émotions doivent être étudiées en fonction des effets qu'elles produisent"

Présentant les bases d'une nouvelle neuroscience des émotions, fondée sur une étude transversale chez l'animal et chez l'homme, Ralph Adolphs et David J. Anderson espèrent élucider leur rôle fonctionnel dans la vie des organismes. Et également la façon dont ces fonctions se sont développées dans le cerveau au cours de l'évolution.

La Recherche -  Quand est née la « neuroscience de l'émotion », qui est aussi le titre du livre que vous allez publier ?

Ralph Adolphs - L'idée que les émotions constituent un phénomène distinct des autres types d'événements mentaux a une très longue histoire en psychologie et en philosophie. Déjà, dans l'Antiquité, Aristote avait distingué les émotions - qu'il appelait les « passions » - du raisonnement. Cependant, la neuroscience de l'émotion, parfois aussi baptisée neuroscience affective, est très récente. Lire la suite...


Vaincre la peur traumatique

La terreur ressentie lors d'un événement violent peut mener à un état de stress post-traumatique. Les personnes sont alors sujettes à des reviviscences brutales de leur traumatisme et ne peuvent plus vivre normalement. De nouveaux protocoles de soins sont aujourd'hui déployés à grande échelle. Le principe ? Atténuer l'émotion liée au souvenir grâce à la prise d'un médicament : le propranolol.

Que faisiez-vous le 11 septembre 2001 ? Les personnes interrogées ont souvent un souvenir très détaillé de cette journée. Elles se rappellent le lieu où elles étaient, ce qu'elles faisaient et les émotions qu'elles ont ressenties quand elles ont appris la nouvelle des attentats. Ces « souvenirs flash », dont l'existence a été mise au jour en 1977 par les psychologues américains Roger Brown et James Kulik, se forment lors d'un événement public marquant. Mais qu'en est-il des victimes et des témoins directs de tels événements ? Lire la suite...

Même si le mécanisme d’action reste à élucider, le protocole de blocage de la reconsolidation n’en est pas moins efficace. L’équipe de Philippe Birmes, psychiatre au CHU de Toulouse et à l’Inserm, Pascal Roullet, ainsi que les équipes de Wissam El-Hage, du CHU de Tours, et de Guillaume Vaiva, du CHU de Lille, viennent d’ailleurs de présenter en colloque les résul- tats d’un essai clinique analogue à celui d’Alain Brunet.

Nos facultés cognitives sous influence

Notre perception, notre attention, notre mémoire ou notre comportement peuvent être modifiés par une structure de notre cerveau impliquée dans l'émotion, l'amygdale, capable d'agir sur l'activité de nombreuses régions corticales et sur la dynamique de nos circuits cérébraux. Mieux comprendre ces mécanismes pourrait améliorer notre approche de certains troubles, tels que l'anxiété et la dépression.

Chaque jour, nous réagissons à un flux important de stimuli provenant de notre environnement. Notre cerveau intègre ces informations sensorielles et, en conséquence, produit des comportements complexes pour que nous nous adaptions au mieux à diverses situations. Quel rôle joue l'émotion dans notre façon d'y réagir ? Les techniques d'imagerie cérébrale, couplées à des expériences comportementales, ont affiné notre compréhension des processus émotionnels normaux et pathologiques. Lire la suite...
 
Contact :
Prof. Wissam El-Hage :